Détails Techniques sur le CSPP

BANQUES CENTRALES

 

23.04.16 - Détails techniques sur le nouveau CSPP

 

- Mes contributions n'engagent que moi et ne reflètent pas

les opinions de la société Riches Flores Research -

 

Même s'il était largement anticipé que la Banque Centrale Européenne n'annonce aucune baisse de taux ou de mesures supplémentaires, elle est restée quand même attendue sur plusieurs points précis: les tendances de croissance et d'inflation, la soutenabilité d'un environnement de taux négatifs, la réponse aux récents débats sur les achats de dettes sans actifs en contrepartie (connu sous le nom d'"l'helicoptere money") mais, surtout attendue sur les précisions techniques liées aux mesures prises le 10 mars. Parmi ces dernières, le nouveau CSPP (Corporate Sector Purchase Programme ou encore "le programme d'achat d'obligations d'entreprise).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le CSPP consiste en l'achat, par les Banques Centrales Nationales, d'obligations d'entreprise de bonne qualité (de type Investment Grade), sous le même modèle que le PSPP (Public Sector Purchase Programme). Le but d'un tel programme est le rétablissement de la fluidité sur le canal du crédit, un des principaux mode de transmission de la politique monétaire.

 

Les détails apportés sont les suivants:

 

  • Le CSPP débutera de manière effective qu'en juin 2016;
  • Les maturités éligibles pour ces titres seront comprises entre six mois et trente ans;
  • La limite d'emprise par souche sera de 70% (contre 30% pour les Govies);
  • Les obligations émanant d'entreprises détenant une banque seront éligibles au programme;
  • Ce programme concernera (pour l'instant?) six banques nationales avec la coordination de la Banque Centrale Européenne (France, Allemagne, Belgique, Italie et Pays-Bas).

 

Rappelons qu'en juin 2016 débuteront également les TLTRO II (Targeted Long Term Refinancing Operation) avec des modalités plus particulières. Les rendements (pour les banques) seront en effet proportionnels au volume d'octroi de prêts accordés, avec comme rendement maximal, celui correspondant au taux de la Facilité de dépôt (à - 40 points de base depuis le 10 mars 2016) ce qui est une première pour la BCE.

 

A en lire les récentes données d'anticipation d'inflation (le 5Y5Y notamment), l'ensemble de ces mesures d'ampleur non anodines ne viennent toutefois pas garantir une inflation proche de la cible fixée par la BCE (c'est-à-dire de 2% à moyen-terme), même avec l'aide précieuse des effets de base positifs liés à la chute des prix du baril du pétrole entamée à la fin de l'année 2015 ...

 

Zohra Oualid

 

Continuez à me suivre sur les réseaux sociaux.

Avertissement

Mes contributions ainsi que mes opinions n'engagent que moi et ne reflètent pas celles de la Banque de France, de Standard & Poor's ou de la société Riches Flores Research

Contactez-moi

Pour toutes remarques et/ou suggestions merci de bien vouloir utiliser le forumulaire de contact ou de m'écrire à cette adresse :

Copyright @ All Rights Reserved